Carafer ou décanter un vin ?

Dans : Oenologie Le : Commentaire : 0

Lorsque l’on ouvre une bouteille de qualité on peut se poser la question de pratiquer ou non un carafage ou une décantation. Ces deux opérations ne sont pas identiques et s’adressent à des vins différents. Le type de carafe utilisé ne sera pas non plus le même. Lorsqu’il s’agit d’un vin jeune qui a besoin d’oxygène pour mieux exprimer son potentiel aromatique, on parle de carafage. La décantation est réservée, quant à elle, à des vins âgés dont on veut enlever l’éventuel dépôt et lui apporter un peu d’air. La façon de procéder sera spécifique à chaque cas.

Carafer : pourquoi et sur quels vins ?

Cette pratique a plusieurs effets sur le vin. Elle permet de libérer certains arômes, d’assouplir des tanins un peu rugueux et d’éliminer de possibles odeurs de réduction, odeurs plutôt désagréables dues au confinement du vin, privé d’oxygène. Le passage en carafe sera particulièrement bénéfique sur les vins jeunes – rouges ou blancs – en permettant de pallier aux inconvénients de la jeunesse et lui conférant une meilleure harmonie. Plus la matière sera dense, la structure tannique importante et les phénomènes de réduction présents et, plus l’aération sera profitable pour le vin. L’utilisation de la carafe pour les Bourgognes reste un sujet de controverse alors qu’il fait presque l’unanimité sur les Bordeaux.

Carafer : comment procéder ?

Vous utiliserez pour cette méthode des carafes larges et plates qui permettent une plus grande surface de contact du vin avec l’oxygène. Il suffira de transvaser le liquide dans la carafe de manière plus ou moins brutale selon la robustesse du vin et le temps de carafage dont vous disposez. Il faudra ensuite laisser reposer le vin, au minimum 30 minutes, avant de le servir. Si vous avez un doute concernant l’emploi de cette méthode sur le vin que vous souhaitez déguster, tentez l’expérience suivante : servez-vous un verre, sans le remuer sentez-le et goûtez-le, puis remuez-le énergiquement pour l’aérer et goûtez-le à nouveau. Si vous vous apercevez d’une réelle amélioration aromatique et gustative, carafez-le.

Décanter : pourquoi et sur quels vins ?

La décantation consiste à séparer les parties solides – le dépôt – en suspension dans le liquide, pour ne pas gêner la dégustation. Elle se pratique sur les vins plus âgés. Pendant cette opération, une petite aération est inévitable, il faut donc être vigilant avec les vins de 10 ans et plus. Certains pourront en tirer avantage, d’autres non, certains peuvent même s’écrouler. Pour éviter, toute mauvaise surprise, nous vous conseillons de ne pas décanter le vin à l’avance mais de verser délicatement du vin dans un verre évasé et d’observer son évolution sur 15-20 minutes. L’apparition d’une oxydation devra vous faire renoncer à l’utilisation d’une carafe à décanter. Dans ce cas, employez un panier verseur qui vous permet de garder votre bouteille presque couchée. Lorsque vous servirez vos convives, remuez le moins possible la bouteille et surveillez le dépôt.

Décanter : comment procéder ?

Mettre la bouteille en position debout au moins 24h à l’avance afin de faciliter le dépôt des particules solides dans le fond de la bouteille. Décantez le vin, au dernier moment, pour diminuer le temps d’exposition du liquide avec l’air et ainsi éviter une oxydation prématurée. Vous devrez limiter les mouvements de la bouteille, procédez en une seule fois en vous aidant d’une source lumineuse vous permettant de détecter l’arrivée des particules. Il est difficile de ne pas perdre au moins un demi verre de vin. Les carafes larges sont à proscrire, utilisez une carafe étroite et haute.

Commentaires

Laisser un commentaire

Captcha